L'influence puissante des arômes

Le saviez vous que le parfum d’une huile essentielle a une influence directe dans votre état émotionnel ? Dans cette article je vais vous parler de l’influence puissante des arômes.

Et pour cela vous devez connaître un des systèmes les plus importants pour les arômes: le système limbique. Le connaissez-vous ? Ou au contraire, vous ne savez pas qu’est-ce que c’est. On va le voir ci-après. Mais pour ça je dois vous parler un peu d’anatomie humaine.

Ouvrez bien votre esprit et laissez de faire tout ce que vous êtes en train de faire. 😉

Le système limbique

Les mécanismes spécifiques de l’odorat ont été étudiés par des scientifiques et ils ont découvert qu’ils travaillent comme le mécanisme d’une clé pour sa serrure, c’est à dire, la molécule aromatique s’integre parfaitement dans son récepteur ciblé.

Quand l’arôme s’inhale, les molécules dans l’air de cette fragrance voyagent à trévères les narines jusqu’à l’épithélium olfactif ou le centre des sensations olfactives, qui represente seulement une petite partie (pour être exactes, un mètre carré) de la cavité nasale. Ensuite, les récepteurs des cellules olfactives s’activent et envoient une impulsion jusqu’au bulbe olfactif.

Chaque récepteur olfactif envoie une impulsion dans une région spécifique du bulbe olfactif, ou meilleur dit, dans une micro-region, appelés glomérules. Nous avons environ 2000 glomérules dans les bulbe olfactif, qu’ils reçoivent les impulsions des récepteurs olfactifs, permettant ainsi de percevoir les différentes odeurs.

Après, le bulbe olfactif transmet ces impulsions vers différentes parties du cerveau, en incluant le centre du goût (c’est là-bas ou les sensations du goût sont perçues), l’amygdale cérébrale (c’est là où les souvenirs sont stockés) et vers d’autres endroits du système limbique.

Parce que le système limbique est directement connecté avec toutes les parties du cerveau, comme le centre qui regule les battements cardiaques, la tension artérielle, la mémoire, les niveaux de stress ou l’equilibre hormonale, les huiles essentielles peuvent avoir des effets physiologiques et psychologiques.

Peu importe le mécanisme, l’odorat est le seul des 5 sens qui est directement lié au système limbique, le centre des émotions. Ainsi, l’anxiété, la dépression, labeur, la colère, la haine, la joie et le bonheur surviennent de cette région cérébrale.

L’arôme d’un parfum peut évoquer des souvenir et des émotions avant que nous soyons conscients de cela. Quand les odeurs sont concentrées, nous réagissons en premier et on pense après. Tous les autres sens (toucher, goût, ouïe et vision) sont dirigés par le thalamus (une autre région du cerveau) qui agit comme le central du cerveau. Les stimuli passent par le cortex cérébral (le centre des réflexions conscientes) et par d’autres parties du cerveau.

Le système limbique et l'hypothalamus

Le système limbique est un groupe de structures cerebrales en incluant l'hippocampe  et l'amygdale cérébrale, et il est localisé au-dessous du cortex cérébrale. Il peut activer directement aussi l'hypothalamus, une des parties les plus importantes du cerveau.

L'hypothalamus contrôle la température corporelle, la faim, la soif, la fatigue, le sommeil et les cicles circadiens. Il agit comme le centre du controle hormonal et libère les hormones en touchant plein de fonctions corporelles.

La production de l'hormone de la croissance, des hormones sexuelles, les hormones thyroïdiennes et les neurotransmetteurs comme la sérotonine, sont dirigés par l'hypothalamus.

Les huiles essentielles et le cerveau

Les huiles essentielles, par son arôme et son structure unique moléculaire, peuvent stimuler directement le système limbique et l'hypothalamus, le responsable des stimuli olfactifs.

Non seulement l'inhalation d'une huile essentielle peut s'utiliser pour combattre le stress ou un trauma émotionnel, sinon qu'il peut aussi stimuler la production d?hormones depuis l'hypothalamus. Cela se traduit par une augmentation des hormones thyroïdiennes (nos hormones chargées de nous donner de l'énergie) et de nos hormones de croissance (les hormones de jeunesse et longévité).

Les huiles essentielles peuvent s'utiliser aussi pour réduire la faim et augmenter la satiété, grâce a sa capacité de stimuler l'hypothalamus, qui controle notre sensation de satiété et notre capacité pour arrêter de manger. Ci-après, vous trouverez une étude réalisée sur cette thème.

Une stimulation adéquate des nerfs olfactifs pourrait être une nouvelle thérapie pour soigner les maladies.

Il est tres important d’avoir un bon état de santé olfactive pour profiter au maximum des propriétés des arômes des huiles essentielles.

Ci-dessous, vous pourrez voir dans l’image détaillée le système limbique et comment les molécules aromatiques influent-elles dans le centre des émotions cerebral.

 

Quelques théories et des études scientifiques

Un article dans le Scientific American, propose une question très interessante para rapport à la théorie de la clé et la serrure, en disant que cette théorie n’explique pas pour quoi quelques molécules formulées de la même façon sentent totalement different; comme l’éthanol, qui sent comme le vodka et l’ethanethiol qui sent comme les œufs pourris. 

Une autre théorie de l’odorat, appelé la théorie de la vibration et proposé par un scientifique italien appelé Luca Turin, nous dit que plutôt que la théorie de la clé et la serrure, ce sont les propriétés vibratoires des molécules celles qui nous permettent de différencier les odeurs. Il suggère que les récepteurs olfactifs sentent la vibration quantique des atomes de chaque substance olfactive. En permettant ainsi aux êtres humains de percevoir un nombre limité d’odeurs, comme les récepteurs olfactifs sont en accord aux différentes fréquences. Vous pouvez trouver la théorie de Luca Turin ici.

Pendant que la théorie de la vibration reste assez controversée, Jennifer Brookes, une scientifique de l’University College London, a mené une autre étude dans laquelle elle a examinée les modeles de sélection des récepteurs, en incluant ceux qui étaient basés en la forme et d’autres facteurs comme les fréquences de vibrations. Cliquez ici pour voir la théorie de Brookes. 

En 20015, l’écrivaine Christina Agapakis, a recherchée le raisonnement du défenseur original de la théorie de la vibration, le chimique Malcolm Dyson, qui a proposé cette théorie en 1929.

Pour Dyson, l’idée des vibrations moléculaires pourrait être la base de notre odorat, en suggèrent une asymétrie avec les autres sens. Les cônes et bâtonnets rétiniens répondent avec les vibrations de la fréquence de la lumière; les cellules fileuses de nos oreilles activent une réponse aux fréquences des sons parmi des ondes vibratoires dans l’air. C’est l’odorat aussi un sens vibratoire ?

Dans un gran étude clinique, le docteur Alan Hirsch, a utilisé des arômes, entre autres la menthe poivrée (connue pour ses propriétés de satiété), comme déclencheur de la perte de poids dans un gran groupe de gens (environ 3000 personnes) qui avaient déjà fait un type de régime pour perdre du poids sans avoir des résultats. La magnitude de la perte de poids des sujets étudiés est directement liée avec la fréquence avec laquelle ils ont utilisé les arômes inhalées.

Ainsi, un groupe dans l’étude, a perdu jusqu’à 2 kg par mois pendant 6 mois. Le docteur Hirsch a suggéré qu’en inhalant quelques arômes, les gens qui avaient un bon odorat ont continué à perdre du poids passés les 6 mois de l’essai clinique. Lisez l’étude en cliquant ici.

 

 

 

 

 

 

Partage l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 5
    Partages

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.