Comment j'ai arrêté de grignoter

Beaucoup de gens ont déjà expérimenté avec le grignotage compulsif, gloutonnerie ou les repas émotionnels, au moins une fois dans leur vie.

Parfois c’est juste une petite envie de grignoter quelque chose “pas sain”, mais d’autres ça peut être un sachet entier de chips, ou deux, ou trois, puis du chocolat, et chaque jour, et toutes les heures…

Tout ça, les experts le qualifient comme un trouble d’alimentation, du moment ou on ne peut pas arrêter et ça devient persistant.

Le grignotage compulsif est associé différents éléments, comme l’effet de manger plus rapidement, de faire des repas copieux et manger jusqu’à être plus que rassasié, manger seul, et de ne pas aimer ce qu’on mange.

Je suis une ancienne grignoteuse compulsive récupérée. Et je sais par l’angoisse que beaucoup de femmes passent, car j’aide les gens à surmonter ce type de comportement alimentaire.

Une des façons le plus puissantes d’aider les gens qui ont un comportement pareil et de surmonter le trouble d’alimentation c’est de se rendre compte qu’on n’est pas seul. Une fois on connait comme d’autres personnes ont su passer le cap et relever ce défi de surmonter le grignotage, c’est beaucoup plus facile après.

Comment j’ai arrêté de grignoter

Je voudrais partager avec vous comment j’ai arrêté de grignoter.

Pour moi tout ça a commencé en début de l’adolescence, vers les 14-15 ans. J’étais en surpoids et  les gens se moquaient de moi. Mes amis m’ont laissé tomber et je souffrais d’insultes en continu, maintenant on l’appelle le bulling. (J’ai eu du mal à écrire ces lignes, je crois que j’ai jamais parlé de ça à quiconque, sauf à mes parents…).

Tout cet stress m’ont amené a manger encore plus et n’importe quoi et n’importe quand. Mais ce fut à la fin du lycée, vers mes 16-17 ans que j’ai commencé à prendre les choses en main: je me suis mis au sport (j’allais courir, me promener, faire du velo) et j’ai commencé mon premier régime: cel de réduire à moitié la quantité de nourriture et de ne pas finir l’assiette.

Bien sur que j’ai perdu du poids, et je me sentais bien dans ma peau. Ensuite, pour mes 18 ans, je suis parti de chez mes parents, pour rentrer à l’université. Je me suis retrouvé à 300 km d’eux, dans une grande ville comme Barcelone à avoir à me gérer moi-même mes repas. Je fessais beaucoup de sport, surtout la natation, puis je marchais beaucoup.

Je suis passé d’une taille 44 de pantalon à mes 16 ans à une 38 à mes 18 ans. Je mangeais très sain et assez complet. Chaque fois que j’allais visiter ma famille, mon grand père lui disait à ma mère de me surveiller car j’étais plus mince chaque fois. Mais moi je mangeais de tout, mais très peu: je pouvais manger par exemple 1/4 de l’assiette de légumes et la moitié d’un blanc de poulet, puis la moitié d’une pomme.

Et j’ai commencé les restrictions: pas beaucoup de pain, ni pâtes, ni riz… c’était très rarement que j’en mangeais.

Puis les aléas de la vie ont fait que je reprenne du poids à nouveau, car j’ai commencé à remplir un peu plus l’assiette…

Ainsi, en 2016, je suis arrivée a peser presque 75 kilos, pour 1,55 m.

Donc j’ai commencé à voir les choses différemment, je me suis mis à faire de recherches, et en fait j’ai appris à me connaître et j’ai pris les choses en main.

Comment j’ai fait ça ?

J’ai arrêté l’Extrémisme

Des restrictions alimentaires radicales et l’effet d’imposer des regles alimentaires, comme par exemple enlever un groupe alimentaire, poussent à que le cerveau fixe encore plus à vouloir l’interdit. Même en ayant la meilleure force de volonté au monde, à la fin on finit par craquer.

Si vous vous imposez des regles alimentaires extrêmes et strictes, vous courrez plus de risque d’aller vers le grignotage.

Et vous savez qu’est-ce que j’ai appris à faire? À rééquilibrer mon alimentation. Et je vous assure que manger de forme équilibrée est un des comportements les plus durs que j’ai dû apprendre.

Au lieu de faire des restrictions extrêmes de nourriture puis faire des cheat meals constamment, restez dans le milieu.

Par exemple, je pouvais me passer toute na nuit sans manger quand je travaillais, mais quand j’arrivais à la maison le matin, je devoráis tout.

Tout n’est pas noir ou blanc

Avant je voyais les choses comme bonnes ou mauvaises. Mais un jour quelqu’un m’a dit que le monde n’est pas que noir ou blanc, en me disant qu’une personne pourrait être bonne, mais faire aussi des mauvais choix. Et qu’une personne pourrait être saine et manger aussi des choses “mauvaises”.

Et je me suis commencer à ouvrir, dans le sens ou si un jour je sortais manger dans le restaurant, ce n’étais pas grave. Je n’avais pas besoin de me rattraper le lendemain avec double séance de sport si la veille je ne l’avais pas fait.

Et j’ai commencé à voir le monde d’une autre façon, plus “cool” quoi. 😉

J’ai arrêter de craindre la nourriture et la faim

En travaillant de nuit, j’ai pris à me faire mon rythme, comme quand quelqu’un qui travaille la journée. Je craignait autant l’effet de grignoter à nouveau, que je mangeais au cas-où le moindre signal de faim puisse me déclencher à grignoter à nouveau.

J’ai du apprendre à reconnaitre la faim, et à la traiter d’une façon juste et raisonnable. À me dire que la faim est juste une sensation physique.

Je m’arrêtais et je me demandais: ai-je vraiment faim, ou c’est autre chose?

Et en fait, j’ai appris à me connaître.

J’ai traité mes émotions en bougeant

Des émotions comme la tristesse, la solitude, s’ennuyer, rien faire peuvent déclencher un épisode de grignotage.

Je me suis inscrite à une salle de sport, à un club de natation et je fais du HIIT chez moi. Je bouge à pied et en velo, au lieu d’utiliser la voiture, ou les transports en commun…

Et en libérant des endorphines, grâce au sport, je n’ai plus de stress, ni d’angoisse…

J’ai appris à accepter mes émotions et en cas de difficulté, je bouge pour les traiter. Le saviez-vous que la marche à pied ou le yoga ce sont très utiles pour traiter des émotions difficiles ?

J’ai appris à m’aimer

Beaucoup de troubles d’alimentation commencent par une manque d’amour-propre et une manque d’estime en soi.

Mais rappelez-vous quand vous étiez enfant. Quand j’étais petite, j’avais plein de confiance en moi-même. J’avais cette estime en moi.

Du coup, j’ai commencé le processus de rajeunir ma confiance envers moi-même et travailler dur pour m’aimer.

Car souvenez-vous, il n’y aura personne au monde qui vous aime plus que vous même.

Tout est question de perspective

Car oui, la santé est très importante mais tout est une question de perspective.

Réfléchissons: qui va peser plus, une personne qui a beaucoup de masse graisse ou une personne qui a beaucoup de masse musculaire? Surement une personne qui a beaucoup de muscle. Mais pourtant son IMC sera plus elevé que l’autre personne, en arrivant peu être à la classification de surpoids. Car le muscle pese plus que la graisse. Pourtant, tout est question de perspective.

Ainsi, il faut être mince pour être en bonne santé ? Pas forcement, tout est question de perspective. Du point de vue de l’apparence, oui, la personne mince doit être en meilleure santé. Mais du point de vue clinique ça peut être tout le contraire.

Avoir le soutien de quelqu’un

Le soutien de quelqu’un est très important. Dans mon cas, ça été mon chéri, qui a été tout le temps là. Et je ne me suis pas senti seule.

Il est très important de se faire aider et avoir le soutien de quelqu’un  pour t’encourager, pour parler…

Retrouver des passions

J’ai retrouvé ma passion pour la musique, pour la photographie.

Et j’ai découvert des nouvelles passions: la nourriture, le sport et aider les gens me font du bien.

Mes produits au quotidien

Le Rééquilibrage Alimentaire

  • Je fais du juicing et du fasting: Le juicing c’est faire une cure detox de jus de fruits et légumes maison. Le fasting c’est le jeune intermittent. Ils permettent au corps de se nettoyer et de s’auto purger. Notre corps est fait pour s’alimenter des produits naturels, que Mère Nature nous donne, et pas de produits transformés ni raffinés.
  • Et après le jeune, on mange quoi ? On fait le plein avec des fruits, légumes, protéines, légumineuses, fruits secs… toutes les choses qui viennent de la nature.
  • Comment je fais le fasting:
    • De 21:00 à 14:00, je ne bois que des liquides, sans sucres: jus, thé, eau.
    • De 14:00 à 21:00 c’est quand je mange.
  • Mon alimentation est une alimentation vivante. Et oui, l’alimentation vivante est l’alimentation qui bouge, qui pousse, qui grandit. Vous l’aurez déjà deviné: ce sont des légumes, fruits, viandes, œufs, poissons naturels… mais surtout beaucoup de fruits, légumes et légumineuses.

L’Activité Physique régulière

Bougez, bougez et bougez ! Entre 3-6 jours par semaine (en dépendant de votre niveau) d’activité physique suffisent.

Les Huiles Essentielles et les produits à base d’Huiles Essentielles Young Living

Car elles aident à être en meilleure santé, nous montent la fréquence, changent nos émotions, nous aident à nous équilibrer, dans tous les niveaux…

Les mini Kits De Young Living

Comment j’utilise les huiles essentielles au quotidien
  • Lemon + Orange: pour le detox dans l’eau. Des le matin.
  • Thieves: pour proteger et booster mon système immunitaire.
  • Purification: pour sentir bon.
  • Peppermint: pour me booster, en cas de coup de fatigue.
  • Digize: m’aide à digerer.
  • R.C.: pour m’aider à mieux respirer pendant le sport.
  • PanAway + Copaiba: m’aident à ne pas avoir mal aux muscles après le sport.
  • Frankincense: m’aporte confiance en moi et m’aide à me recentrer.
  • Lavender + StresAway: pour me détendre en fin de journée.
D’autres synergies d’huiles essentielles
  • Valor, Believe, Motivation ou White Angelica: m’aident à atteindre mes objectifs et à me motiver. (je mets pas tous au même temps)
  • Deep Relief: pour les douleurs après avoir soulevé 20 kilos en squats.
  • Cool Azul: c’est le gel indispensable contre les courbatures et les muscles fatigués.
  • Ortho Sport: l’huile de massage avec des huiles essentielles indispensable avec le gel cool Azul pour éviter les courbatures. Ça sent trop bon.
  • Release: pour sortir tous les traumas… et j’ai aluciné la première fois.
Des complements

Même si je ne suis pas constante pour prendre des compléments (car je ne me souviens pas que je dois les prendre) voici mes alliés:

  • Balance Complete : un compliment alimentaire 100% naturel à base de super-aliments: poudre baies de goji, son de riz brun, herbe d’orge, huile de coco, aloe vera, cannelle, protéines (lactosérum).
  • Slique: le coupe-faim à base d’huiles essentielles.
  • Ningxia Red: boisson énergisante tres complete a base de baies de goji et d’autres fruits
  • Multi Greens: est une “boisson verte” sous forme de capsule pour fortifier le corps.

Vous pouvez vous libérer aussi

Vous êtes parfait ! Vous êtes parfaite ! Je suis parfaite !

Arrêtez de projeter le perfectionnisme en quelqu’un d’autre ! Soyez vous-même, car vous êtes belle, vous êtes beau comme vous êtes. N’idéalisez pas le perfectionnisme, car tout le monde est parfait !

Ne doutez plus de vous-même et n’ayez plus crainte à la nourriture ! Faites-vous aider, comme moi et parmi de milliers de personnes l’ont fait !

Laissez de coté les autres et ses critiques.

BELIEVE ! Croyez en vous !

Une belle vie vous attend !

Partage l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 1
    Partage

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.